La mission d’intérêt général vise à développer la culture de l’engagement ainsi qu’à renforcer la responsabilité et l’autonomie des jeunes. La mission d’intérêt général constitue un service rendu à la nation. Comme pour le séjour de cohésion, des adaptations pourront être mises en places pour les volontaires en situation de handicap.

La mission d’intérêt général constitue une étape déterminante du dispositif pour renforcer le suivi et l’accompagnement des jeunes. Sa préparation commence dès le séjour de cohésion, dont elle prolonge les apports pédagogiques et les dynamiques collectives. Les missions sont notamment présentées dans le cadre de la mise en œuvre de la thématique « découverte de l’engagement ». Cette préparation peut également s’appuyer sur des « forums de l’engagement », organisés pendant le séjour de cohésion, ainsi que sur l’intervention de jeunes bénévoles et volontaires, notamment en service civique ou réservistes. Elle peut également se traduire par des actions en faveur de l’intérêt général notamment portées par le monde associatif auxquelles participeraient les volontaires pendant le séjour de cohésion. Elle se poursuit après le séjour de cohésion au travers d’événements dédiés organisés par les départements de résidence des volontaires.

Chaque mission doit correspondre à un engagement minimum de 12 jours consécutifs ou 84 heures répartie au cours de l'année suivant le séjour de cohésion. Elle doit s’inscrire dans une des neuf thématiques suivantes :

  • défense et mémoire ;
  • sécurité ;
  • solidarité ;
  • santé ;
  • éducation ;
  • culture ;
  • sport ;
  • environnement et développement durable ;
  • citoyenneté.

 

Les missions d'intérêt général peuvent s’effectuer selon quatre modalités différentes :

  • mission perlée: un ou plusieurs volontaires apportent leur concours régulier à une structure locale chargée de service au public, comme les clubs sportifs, les services de pompiers, les EPHAD, etc. ;
  • mission ponctuelle : un ou plusieurs volontaires apportent leur concours à un projet d’intérêt général existant et ponctuel comme l’organisation d’événements culturels ou sportifs, des chantiers de restauration du patrimoine, des missions en faveur de l’environnement, auprès de personnes démunies, etc. ;
  • projet collectif : un ou plusieurs volontaires poursuivent un projet autonome d’intérêt général accompagnés par une structure d’intermédiation spécialisée. Les volontaires réalisant un projet collectif seront accompagnés par une structure identifiée.
  • préparation et formation en vue d’un engagement volontaire en phase 3 : certaines missions nécessitent un temps de formation, par exemple les missions dans le domaine de la sécurité civile ou auprès de publics vulnérables.

Les structures d’accueil pouvant proposer des missions sont, pour partie, identiques aux organismes éligibles à l’accueil de volontaires en service civique. Ainsi, peuvent proposer des missions :

  • les associations loi 1901 proposant des missions au service de l’intérêt général sur les thématiques définies ;
  • les personnes morales de droit public : les services de l’État, les collectivités territoriales, les établissements publics ;
  • les établissements de santé privés d’intérêt collectif ;
  • les établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) publics et associatifs ;
  • les Armées, les services de police, de gendarmerie et de sécurité civile ;
  • les entreprises solidaires d'utilité sociale agréée.