Service National Universel

9 décembre, journée de la laïcité

Le 9 décembre est la date anniversaire de la promulgation de la loi de 1905 concernant la séparation des Églises et de l'État. Cette loi est considérée comme l'un des textes fondateurs de la laïcité en France.

Si le SNU permet d'aborder les rites républicains, cette journée permet de réaffirmer les valeurs de la République. Elle est aussi marquée par la remise du prix de la laïcité de la République française.

Découvrez les projets sélectionnés par le Comité interministériel de la laïcité.

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances.

Article 1er de la Constitution

Le site de référence sur la laïcité


Les volontaires du SNU à la rencontre du public du 25 au 27 novembre

L’aventure SNU vous tente mais vous hésitez encore ?

Des volontaires des sessions 2019, 2021 et 2022 sont présents au Salon européen de l’éducation pour partager leur expérience du séjour de cohésion et missions d’intérêt général.

Les volontaires participeront également à deux web TV avec la secrétaire d’Etat Sarah El Haïry le vendredi à 10h30 et avec des jeunes du service civique le dimanche à 11H30.

Rendez-vous au Salon Porte de Versailles à Paris ou suivez les web tv du ministère : certaines séquences seront diffusées en direct sur les réseaux sociaux (InstagramYouTube) ; le reste de la programmation sera mis en ligne en replay sur le site à l’issue du salon.

Les web tv en replay (ajout du 1er décembre)

Web TV Engagement avec les volontaires SNU Blanche et Zakaria et la secrétaire d’Etat Sarah El Haïry :

Web TV Engagement avec les volontaires SNU Allan et Mahaut et Julie Champrenault, adjointe au sous-directeur du Service national universel (DJEPVA/MENJ)  :


Pour moi, le SNU est un engagement important, basé sur un principe de solidarité entre camarades et encadrants. Il permet de tisser des liens avec de nouvelles personnes que nous ne connaissions pas auparavant.

Le samedi 9 juillet 2022, nous avons fait l’activité théâtre.

Dans cette activité, nous avons fait différents exercices. Un premier exercice servait par exemple à se rappeler de nos prénoms.

Selon moi, l’exercice le plus intéressant était celui que j’ai renommé « lire dans les pensées ». Une personne se mettait dans la peau d’un visiteur dans une prison, et l’autre dans la peau d’un prisonnier. L’exercice était de se mettre dans la peau d’une personne proche de la famille du prisonnier et d’inventer un malheur qui aurait pu lui arriver dans sa vie. Nous ne pouvions ni parler ni faire de geste. Le plus incroyable, c’est que ma partenaire a compris exactement ce que je voulais lui dire.

J’ai adoré cette activité.

Groupe de jeunes pendant leur séjour à Neuvic

Pour présenter mon travail, je dirais qu’il consiste à m’assurer au mieux que les volontaires aient tout ce dont ils aient besoin au cours de leur séjour. Cela peut aller de la mise à disposition de bouteilles d’eau lors d’après-midi de fortes chaleurs, au repérage de nids de guêpes pour la sécurité de tous, en passant par la demande de balais auprès du personnel de l’établissement d’accueil pour assurer la propreté du lieu.

J'ai eu la chance de côtoyer les volontaires notamment lorsque j’en assurais la surveillance. J’ai pu voir des jeunes sages, autonomes et intéressants, tant dans leur façon de penser que dans leur capacité à vivre ensemble.

Il ne faut pas oublier qu’à leur arrivée, ils ne se connaissaient pas. Cependant, ils ont rapidement formé des groupes soudés au sein de leur maisonnée (formée par une dizaine de jeunes) ainsi que dans leur compagnie où 50 à 60 jeunes produisent un projet ensemble. Ce projet sera présenté à tout le centre ainsi qu’aux autorités.

J’ai hâte de voir le résultat de leur collaboration. J’ai déjà été épaté lors du séjour précédent et je ne doute pas qu’il en sera de même pour cette fois-ci.
Pour toutes ces raisons, je tiens encore à tous les féliciter ainsi que leurs parents, qui, je n’en doute pas, sont à l’essence de cette éducation qui les a rendus si agréables à côtoyer en tant qu’intendant du séjour.

Juillet 2022

Pas facile d'arriver sans repère et sans connaissance mais dès l'installation dans nos chambres, nous avons rencontré nos premiers camarades.
Pour les filles, la communication s'est développée très vite grâce à un couloir très animé, au désespoir de nos tuteurs…. Les sujets de discussions sont arrivés très rapidement et on a pu créer un lien émotionnel fort avec ces personnes qui nous étaient inconnues il y a quelques jours.

Après une semaine de séjour, ces personnes, maintenant des amis, sont devenues de vrais confidents et soutiens moraux. On s'entraide chaque jour ayant l'impression de se connaître depuis toujours. Seulement quelques jours sont passés pourtant ils sont l'équivalent d'une vie pour nous.

Nous remercions les intervenants pour les activités ainsi que les cadres, tuteurs, chefs, etc. pour être à l'écoute et nous faire découvrir de belles valeurs.

Juin 2022

Janice évoque ses 3 séjours de cohésion

Étant en seconde année de Master dans le but de devenir Professeur d’EPS, le SNU s’est présenté pour moi comme une véritable opportunité de rencontrer le public adolescent dans un autre contexte que celui des établissements scolaires.

En juin 2021, j’ai posé mes valises à Bugeat pour vivre un premier séjour dans un centre de Haute-Corrèze en tant que tutrice de maisonnée. J’ai immédiatement adhéré aux différents protocoles qui nous ont été présentés.

Le matin, la levée des couleurs qui annonce le début de la journée permet à la brigade de se rassembler avant que les compagnies et les maisonnées partent en activités. Ensuite, les jeunes poursuivent la journée en vivant des expériences marquantes qui, petit à petit, leur permettent d’apprendre à se connaitre, à coopérer, pour enfin vivre en communauté et en symbiose au sein de leur compagnie.

Après cette première expérience qui m’a permis de m’affirmer un peu plus et qui m’a confortée dans mes ambitions professionnelles et personnelles pour ma vie future, j’ai réitéré cette année en occupant un poste de cadre de compagnie me permettant d'accéder à de nouvelles responsabilités en juin puis en juillet 2022.

En juillet, en ma qualité de cadre m’ont été attribuées différentes missions telles que l’aide à l’infirmière, la surveillance de lac (de par mon BNSSA) mais aussi l’animation de certaines activités physiques et sportives (Yoga ou Cross Training par exemple). De plus, lors des bivouacs, des randonnées mais aussi des voyages en minibus, j’ai pu tisser des liens avec les jeunes, toujours accompagnée de mon appareil photo. Il me semblait primordiale de pouvoir transmettre aux parents et aux jeunes volontaires, des souvenirs de ces 12 jours au Lycée Henri Queuille et ses alentours.

Pour terminer, je dirais que cette nouvelle casquette m’a permis de découvrir une autre facette du SNU. De l’accompagnement de certains jeunes pour des soins médicaux à l'animation d’activités physiques et sportives en passant par la prise de photos, ce séjour de cohésion renforce encore plus l’idée d’accompagnement qui était la mienne, afin de soutenir une jeunesse engagée.

Juillet 2022


Aujourd’hui avec notre compagnie et nos tuteurs, nous avons marché toute la journée, non sans mal. Nous nous sommes essayés à plusieurs activités telles que : la marche, la course et enfin la découverte des tourbières. Nous avons aussi eu l’honneur d’écouter le témoignage d’un membre de l’Office National des Anciens combattants.

La journée fût riche et intense pour nos jambes ainsi que pour notre esprit.

A notre arrivée sur le site de bivouac, un espace vert avec une salle des fêtes à proximité pour les plus frileux nous attendait. Suite à notre installation, nous avons mangé un repas, le meilleur de ma vie je pense, et je dis ça sincèrement! Nous avons ensuite travaillé sur nos projets de compagnie. Enfin, nous nous sommes endormis à la belle étoile, un rencard direct avec une superbe lune.

Cette journée fut riche en rebondissements et en transpiration! Nous sommes hyper contents de notre séjour.

Juin 2022

Emma, mon parcours de volontaire à tutrice

En 2019, pour la première session officielle du Service national universel (SNU) sur Tourcoing, j’ai pu participer à une expérience comme volontaire qui fût pour moi l’une des meilleures de mes années de lycéenne. Découvrant le séjour de cohésion suite à des recherches sur les services militaires existants, j’ai découvert ce nouveau dispositif qui me permettait de faire de nouvelles connaissances et de sortir de ma zone de confort. J’ai directement rempli le formulaire pour m’y inscrire. Cette expérience fût vraiment enrichissante. Elle m’a permis de créer un réseau social s’étendant dans la France entière jusqu’à la Guyane.

Cela m’a tellement plu que trois ans plus tard, j’ai choisi de devenir tutrice au sein du Lycée Agricole de Neuvic (Corrèze) qui est assez différent du site de Tourcoing (Nord).
Passer de l’autre côté du miroir est très instructif. En effet, j’ai pu découvrir la face cachée que l’on ne voit pas en tant que volontaire et qui permet à l’ensemble du centre de fonctionner. Et oui, je ne suis plus spectatrice mais actrice de ce festival d’allers et venues. En tant que volontaire, nous ne nous rendons pas forcément compte de la complexité de l’emploi du temps de chaque tuteur, cadre de compagnie et de la direction.
Je sais dorénavant que l’endurance est une qualité requise pour être encadrant car nous sommes constamment sur le qui vive. Nous devons bien gérer les horaires pour pouvoir diriger les jeunes et être toujours à l’affût de tout ce qui se passe aux alentours, tel un aigle sur son rocher.
Cela n’empêche que j’adore être passée de ce côté du séjour de cohésion. Avoir été volontaire est un moyen pour moi d’encourager les plus timides et ceux qui ont le plus besoin d’être rassurés. De plus, lorsque l’on a une maisonnée géniale comme la mienne, malgré quelques petits dysfonctionnements (il en faut toujours mais c’est ce qui en fait sa richesse), on apprécie tout particulièrement la gestion du collectif.

Nous pensons très souvent que c’est simple d’être tuteur / tutrice et que nous ne faisons que surveiller mais c’est tout autre chose ! Mon avis est d’autant plus objectif que je sais ce qu’implique chaque moment d’un séjour, du lever jusqu’au coucher sans compter les différents convoyages à organiser.

Vivre le séjour sous 2 angles différents a été pour moi une expérience formidable !


Proposer des missions d'intérêt général : mode d'emploi pour les responsables de structures

Les volontaires comptent sur vous !
Inscrivez-vous sur admin.snu.gouv.fr et suivez le pas à pas ci-dessous.

Une mission d'intérêt général, c'est quoi ?

Le Service national universel comporte obligatoirement un séjour de cohésion de deux semaines et une mission d’intérêt général de deux semaines. Chaque jeune peut ensuite, jusqu’à ses 25 ans, poursuivre une période d’engagement de trois mois minimum.

Faire une mission d’intérêt général, c’est :

1 - participer par exemple à des actions comme : L’appui à l’animation d’une opération ;

  • L’organisation d’un projet  ou d’un événement ;
  • L’aide à l’accueil ;
  • La participation à des chantiers de restauration du patrimoine, à des missions en faveur de l’environnement, auprès de personnes vulnérables, et

2 - dans des domaines variés : solidarité, santé, éducation, culture, sport, environnement et développement durable, citoyenneté, protection civile et secourisme;

3 - pour une durée de 12 jours en continu ou 84 heures réparties sur plusieurs mois.

A consulter : la phase 2 mission d'intérêt général

Pourquoi accueillir un volontaire dans votre structure pour une mission d'intérêt général ?

Accueillir un volontaire pour une mission d'intérêthttps://isoprod.tandem.snu.gouv.fr/la-mission-d-interet-general-27pha général, c'est une occasion de rencontrer les jeunes et de les mobiliser. Par leur vitalité et leur ancrage territorial, les associations, les collectivités territoriales... sont des partenaires privilégiés pour la réalisation des missions d’intérêt général et plus largement pour la réussite de l’ensemble du dispositif.

A télécharger :  le référentiel sur le rôle du tuteur et les modalités d'accueil d'un volontaire (pdf)

Comment proposer une ou des missions ?

Inscrivez-vous sur admin.snu.gouv.fr et déposez votre mission.

1ère étape : créez et enregistrez votre mot de passe.

2ème étape : créez votre profil en tant que “Responsable” d’une structure proposant une mission d’intérêt général et laissez vous ensuite guider pour compléter votre profil et enregistrer votre structure.

3ème étape : vous avez alors accès à votre tableau de bord

Pour déposer une mission, cliquez sur l’onglet “Missions” puis sur le bouton  “ + Nouvelle mission”

Un formulaire à compléter s’affiche.

  • Pensez à bien compléter le descriptif de la mission pour aider les volontaires à comprendre ce qu’il sera attendu d’eux.
  • La saisie des dates est indispensable pour permettre l’affichage des missions.

En cas de mission perlée, choisissez des dates correspondant à la période de réalisation de la mission (si une mission perlée doit se faire pendant le premier trimestre de l’année scolaire, indiquez du 1er septembre au 20 décembre par exemple.)

Comment s'affiche une mission sur la plateforme ?

Une fois saisie, votre mission est mise “En attente de validation”.

L’équipe organisatrice du SNU dans votre département vérifie que la mission répond aux critères du SNU.

Si elle vous demande de corriger des informations, la mission paraîtra dans votre tableau de bord en attente de correction.

Une fois validée par l’équipe SNU, elle est publiée et proposée aux volontaires depuis leur espace personnel.

Que dois-je faire quand un volontaire se positionne sur une des missions ? 

Dans votre tableau de bord, l’onglet “Volontaires” vous permet de voir le nombre de volontaires intéressés (pré-positionnés) ou effectivement positionnés (confirmés) sur votre mission.
Les statuts :

  • quand un jeune candidate sur une mission, son référent pré-sélectionne sa candidature et c’est ensuite à la structure de confirmer la candidature après avoir vérifié avec le jeune si sa participation est bel et bien possible.
  • quand un jeune est en statut candidature présélectionnée sur une mission, vous accédez à ses coordonnées. Il convient alors de prendre contact avec lui. L’échange vous permettra de préciser le contenu de la mission, de vérifier sa motivation et s’il ne rencontre pas de difficultés particulières pour se rendre sur les lieux de réalisation (transport/logement).
    Si vous retenez le volontaire, il vous revient de confirmer sa candidature sur la plateforme.
    S’il s’avère que le volontaire ne peut faire la mission, il vous revient de refuser la candidature du jeune. Le référent départemental du jeune en est alors prévenu.

Avant de démarrer toute mission, la convention d'engagement doit être impérativement complétée et signée par vous, les parents du volontaire et l’équipe organisatrice du SNU.

Dès que le volontaire démarre sa mission, c'est à vous de mettre à jour le statut du jeune sur votre mission.

Les ressources "mission d'intérêt général"